Trouver son équilibre entre travail et vie privée

Les travailleurs et les travailleuses qui se sentent soutenus par leur employeur dans la recherche du bon équilibre entre carrière professionnelle et vie privée s’investissent davantage. L’entreprise a donc tout intérêt à mettre en place des solutions pour les y aider.

La CGSLB encourage plusieurs formes d’aménagement de carrière qui correspondent aux différentes situations de vie.
 

Congé parental

La CGSLB propose de passer de 4 à 6 mois de congé parental par enfant jusqu’à ce que l’enfant ait atteint l’âge de 16 ans. La CGSLB propose également l’octroi d’un mois de congé supplémentaire aux deux parents (donc 6 + 1 mois de congé parental) lorsque le père prend son congé parental, afin de les y encourager.

Les allocations devront être portées au même niveau que les indemnités AMI.

Crédit-temps avec motif

Comme de plus en plus de grands-parents travaillent, la CGSLB demande, en vue d’aider les parents et de renforcer la solidarité familiale, d’introduire un nouveau motif dans le cadre du crédit-temps, à savoir le congé grands-parents.

La CGSLB veut faire passer l’âge de 8 ans à 16 ans pour le motif « soins aux enfants ».

Les travailleurs occupés dans les entreprises de moins de 11 salariés doivent aussi pouvoir bénéficier d’un crédit-temps avec motif.

Fin de carrière sur mesure

La CGSLB est convaincue que la solution pour amener les salariés à rester plus longtemps au travail passera par une politique de carrières sur mesure.

La CGSLB demande une adaptation du régime de crédit-temps « fin de carrière ». Il faut revenir en arrière. Les travailleurs·euses doivent pouvoir bénéficier à nouveau d’allocations à partir de 55 ans lorsqu’ils·elles prennent un crédit-temps fin de carrière 4/5. Dans certaines situations particulières, l’accès au crédit-temps fin de carrière doit être possible à partir de 50 ans.
 

Obligation de remplacement

Lever le pied revient parfois à faire tomber la charge de travail sur les collègues plus jeunes. Voilà pourquoi nous demandons une obligation de remplacement des travailleurs·euses en emplois de fin de carrière.

Voter CGSLB, c’est choisir de faciliter la combinaison entre une carrière professionnelle épanouissante, ses loisirs et sa vie de famille.

Le rôle d’un délégué CGSLB pendant la crise Corona

Pendant la crise du Coronavirus, les délégués CGSLB ne sont pas restés inactifs :

  • ils ont résolu les problèmes administratifs de leurs collègues
  • ils ont mené une concertation constructive avec leur employeur, même en période difficile
  • ils étaient présents en ligne pour informer un maximum de personnes, avec le soutien de la CGSLB

Toujours pour défendre les intérêts de chaque travailleur et travailleuse !